Les travaux achevés, l’église a été inaugurée

Dimanche 18 juillet 2021, la messe inaugurale marquant la fin des principaux travaux de l’église de Sainte-Céronne-lès-Mortagne dans l’Orne a rassemblé public et personnalités, ainsi qu’une délégation de Corneilhan (Hérault).

Pas simple pour Sainte-Céronne-lès-Mortagne (Orne), une commune de 250 habitants de posséder une église basilique datant du XIIe siècle. L’édifice dédié à Céronne, évangélisatrice d’une partie du Perche au Ve siècle en est l’illustration.

Dimanche, l’inauguration des travaux, effectués en deux tranches, pour un coût total de 553 000 EUR, a été l’occasion de mettre en avant l’opiniâtreté et le courage des élus et responsables de l’association de sauvegarde du patrimoine de Sainte-Céronne. Don Jean-Baptiste Balaÿ, en premier, qui célébrait la messe inaugurale. Curé de la grande paroisse Sainte-Céronne-au-Perche, il a remercié les uns et les autres et répondu favorablement à l’invitation des Corneilhanais.

Une occasion de renouer les liens

Après vingt ans de mise en sommeil du jumelage entre les deux communes, cette cérémonie a été l’occasion de renouer les liens et de faire des projets. Le premier lien date de 1898. “Il nous paraît important de nous souvenir de nos origines, de cette histoire commune qui a façonné notre identité. Plus de quinze siècles après sa naissance, le nom de Céronne est encore gravé dans nos murs”, a déclaré le maire, Bertrand Gelly, représenté par son premier adjoint, Jean Roussel. Et d’inviter les habitants de Sainte-Céronne et la paroisse à la fête célébrant la sainte en novembre prochain.

Dans son discours, la maire, Dominique Ragot, a salué les efforts des maires précédents, Jean Gautier, Raymonde Lizot, et de Brigitte Duboys de Labarre, présidente de l’association. La première étude, réalisée en 2009, d’un coût de 650 000 € n’avait pas été validée par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac). Le conseil n’avait pas donné suite et continué à faire des travaux d’urgence. “Mais c’était sans compter sur les membres de l’Association de sauvegarde du patrimoine culturel (ASPC).”

“Un projet colossal”

Une deuxième étude, réalisée par l’architecte Benoît Maffre, avec les conseils de la Drac fut validée avec promesse d’un financement à hauteur de 40 % du montant HT. L’association a continué sa recherche de fonds. Le montant des dons à la souscription de la Fondation du patrimoine est de 115 000 € auxquels s’ajoutent 60 000 € versés par l’association. “175 000 EUR, tout de même”, a souligné Dominique Ragot.

“Dans la période troublée que nous traversons, tout ce qui se passe ici ce matin est formidable”, a déclaré Nathalie Goulet, sénatrice, qui avait octroyé une subvention pour la restauration des peintures murales du clocher. “Cette force de rassembler et de se réunir autour d’un projet est un signe fort de solidarité.” Véronique Louwagie, en rappelant “un projet colossal pour une petite commune” a souligné combien il est important qu’il y ait, à un moment donné, “des personnes qui croient en leur territoire, en leurs projets”, pour faire avancer les choses.

Deux communes réunies pour une fête en commun

Dimanche (18 juillet 2021), à l’occasion de l’inauguration des travaux de l’église, la fête communale, organisée conjointement par les comités des fêtes de Saint-Hilaire-le-Châtel et de Sainte-Céronne, a été couronnée de succès. Le bouquet final, le feu d’artifice, superbe de l’avis de tous, a été suivi par un nombreux public.

“Nous avons eu une coopération vraiment exemplaire pour préparer cette fête”, s’est réjoui Alain Gamber, président du comité des fêtes de Sainte-Céronne. Avis unanime de la part de Guillaume Chantepie, président de l’équipe de Saint-Hilaire. “Nous avons eu une super fête”. Lundi, les deux équipes, réunies pour démonter et ranger, ont partagé un repas autour d’une table commune, les yeux déjà tournés vers 2022. L’an prochain, c’est le bourg de Saint-Hilaire qui sera le cadre de la fête.

L’occasion, pour l’association de sauvegarde du patrimoine, présidée par Jean-Yves Moreaux, de célébrer un double anniversaire. “Nous fêterons le bicentenaire de la fusion de Saint-Hilaire et Saint-Sulpice et le centenaire du changement de nom de la commune qui apposa le Châtel au nom de Saint-Hilaire”. La date du premier week-end de juillet, pourrait être modifiée.

Source: Ouest France, édition de l’Orne du 21 juillet 2021

Article: Télécharger

Une messe pour inaugurer les travaux de l’église

Une messe sera célébrée en l’église romane de Sainte-Céronne-lès-Mortagne, dans l’Orne, mercredi 14 juillet, pour marquer la fin des travaux de restauration de ce bel édifice roman. Un chantier colossal de près de 600 000 €.
Dominique Ragot et Moïse Hamard montrent la belle affiche représentant l’église avec sa magnifique toiture en tuiles de pays récemment achevée.

Depuis plusieurs années, les tranches de travaux se sont succédé pour consolider l’église romane, à Sainte-Céronne-lès-Mortagne, dans l’Orne. Refaire toute la couverture, notamment. Des restaurations ont également été menées à l’intérieur, fresque de la tour du clocher, vitraux. Au total, un chantier colossal de près de 600 000 €, porté par la commune, et l’Association de sauvegarde du patrimoine, qui a bénéficié d’aides publiques et de fondations au titre des monuments classés.

L’inauguration, prévue à l’occasion de la fête patronale, traditionnellement le troisième dimanche de juillet, aura bien lieu dimanche, dans le cadre de la fête communale Sainte-Céronne et Saint-Hilaire. En effet, depuis plusieurs années, les comités des fêtes des deux bourgs si proches, unissent leurs efforts pour organiser une seule fête. La précédente a eu lieu à Saint-Hilaire, en 2019.

Renouer les liens avec Corneilhan

La messe inaugurale, célébrée par Don Jean-Baptiste, curé de la Paroisse, est fixée à 10 h 30. Restauration sur place, la traditionnelle brocante et le feu d’artifice sont au programme de cette journée.

L’évènement est de taille. Des représentants de Corneilhan, la commune natale de la sainte, évangélisatrice d’une partie du Perche, au Ve siècle, seront présents. « Il n’y a plus eu d’échanges entre nos deux communes depuis 2000 », évoquent Dominique Ragot, maire, et Moïse Hamard, ancien premier adjoint pendant plusieurs mandats. Les échanges avaient commencé en 1975 et le jumelage fut effectif en 1982.

Le nouveau maire de Corneilhan, Bertrand Gelly, a souhaité faire revivre la fête de sainte Céronne en son pays natal, qui avait lieu en novembre. Cela n’a pas été possible à cause de la crise sanitaire.

Reprendre une vie de partage

“J’émets le vœu que nous puissions reprendre une vie de partage et faire revivre notre histoire commune”, avait-il écrit en janvier en adressant ses vœux à Dominique Ragot. Un autre courrier a suivi en février. Le maire et deux autres personnes, empêchées, ne seront pas présents.

Mais Jean Roussel, l’un des représentants, y est déjà venu deux fois, la première fois, tout jeune, avec ses parents.

Inscriptions pour le plateau-repas : 06 32 61 81 66 ou 06 12 91 63 27.

Source: Ouest France, édition de l’Orne du 14 juillet 2021.

Article: Télécharger

FÊTE COMMUNALE DU 18 JUILLET

        Après avoir été reportée en 2020, notre fête communale aura enfin lieu le 18 juillet prochain. Elle se fera conjointement avec la commune de St Hilaire le Châtel. En raison des difficultés et des incertitudes liées au covid19 nous avons choisi, il y a quelques semaines, de ne pas faire de grande manifestation. Les temps forts en seront:

Brocante de 6h00 à 18h00 (0.50€/m réservation conseillée)

Messe inaugurale des travaux de l’église à 10h30 et accueil d’une délégation de Corneilhan (commune où Ste Céronne est née)

Vin d’honneur 12h00

Restauration sous forme de plateaux repas (en raison du covid) 200 places sur réservation uniquement

“Si Sainte Céronne m’était contée” 15h30

Buvette et Casse-croûtes toute la journée

Feu d’artifice 23h00

Nous vous invitons d’ores et déjà à réserver vos plateaux repas, le nombre étant limité. Vous pouvez le faire à l’un des deux numéros sur l’affiche ou au 06.81.50.35.15

Les travaux achevés, l’église a retrouvé sa beauté

L’échafaudage qui entourait l’église dédiée à Sainte Céronne depuis près d’un an et demi a été démonté. On peut admirer ce bel édifice roman sans réserve.

L’inauguration des travaux monumentaux devait avoir lieu le 18 juillet, à l’occasion de la messe patronale. Une soirée musicale était envisagée pour le samedi. La messe aura bien lieu, mais l’inauguration sera sans doute reportée.

“On avait même prévu une journée citoyenne le 3 avril, pour nettoyer l’église, nous avons dû l’annuler”, regrette Dominique Ragot, maire et secrétaire de l’association de sauvegarde du patrimoine de Sainte-Céronne.

Des retrouvailles avec Corneilhan

Même s’il reste encore des choses à restaurer, comme les pentures de la porte de l’église elle-même, pour lesquelles un menuisier, un tailleur de pierres et un ferronnier devront intervenir conjointement, l’élue respire. “Tout le monde est admiratif devant cette restauration.”

Reprise des eaux pluviales, réfection des contreforts, panachage d’une quinzaine de sortes de tuiles, neuves et anciennes, de tailles et de couleurs différentes. Un chantier total de plus de 553 000 EUR. S’il a bénéficié de nombreuses aides, il faut souligner la participation très importante des donateurs dans ce projet. « Il faut vraiment remercier tous les gens qui nous ont aidés depuis des années. Sans leur générosité, rien n’aurait été possible. »

“On avait même prévu des retrouvailles avec les habitants de sa commune natale, Corneilhan, dans l’Hérault”, souligne Dominique Ragot, la maire. Le fil aurait été renoué ces derniers temps par l’association de sauvegarde du patrimoine de Sainte-Céronne.

Première évangélisatrice du Perche

Et l’élue de se réjouir de voir une belle page consacrée à la sainte dans le bulletin de la Communauté de communes du Pays Biterrois. Il y a plusieurs décennies, une sorte de jumelage avait été créé entre les habitants d’ici et ceux de Corneilhan, à l’instigation du curé de l’époque, le père Cyrille Planckeel, notamment, qui vouait une dévotion à la sainte. Première évangélisatrice du Perche, au Ve siècle, celle-ci s’était fixée dans la commune, et avait fondé une communauté religieuse.

Source: Ouest France, édition de l’Orne du 20 avril 2021.

Article sur l’eglise de Sainte Céronne dans Ouest-France du 20 avril 2021

Lancement de la campagne de vaccination pour les personnes de 75 ans et plus

A compter du lundi 18 janvier, les personnes de 75 ans et plus résidants à domicile pourront se faire vacciner contre la Covid 19. Elles seront informées personnellement par mail ou courrier par leur caisse d’assurance maladie.

L’accueil se fera sur rendez-vous uniquement.

  • Sur internet www.sante.fr
  • Par téléphone 02 79 46 11 56 de 8h00 à 8h00

Pour notre commune le lieu de vaccination est au Carré du Perche

13 01 2021 – courrier vaccination

20210113_CP_vaccination_orne

Cette année 2021 débute sans festivités pour les vœux du Maire

L’année 2021 débute sans festivités pour les vœux du Maire. Cette réunion amicale permet de retrouver des habitués et aussi de faire connaissance avec les nouveaux venus, qui sont nombreux cette année.

Au bilan 2020, il y a bien sur la Covid-19 qui a remis en cause toutes les activités de la commune, les élections municipales décalées et des perturbations importantes dans la réalisation des travaux de l’église.

La fin de l’année 2020 a donné lieu à la distribution d’un présent de Noël à tous nos anciens pour égayer cette fin d’année particulière et remplacer le repas annuel. Ce présent était destiné aux habitants de la commune, âgés de 65 ans et plus, inscrits sur les listes électorales. Une cinquantaine de présents ont été distribués en respectant l’enveloppe habituelle du repas des anciens.

La distribution du Petit Journal est maintenant terminée, vous y trouverez toutes les informations concernant la vie de la commune en 2020.

Je formule le souhait de pouvoir vous retrouver le 18 juillet 2021 pour la fête communale de Sainte Céronne qui verra l’inauguration des travaux du clos et du couvert de notre église. A cette occasion toutes les bonnes volontés seront les bienvenues.

A toutes et à tous bonne année 2021

Dominique Ragot

Les radars pédagogiques livrent leur statistiques

Radars « pédagogiques » ?

Il n’a pu échapper à personne que depuis fin 2018, à l’initiative de la précédente équipe municipale et en réponse à des plaintes justifiées des habitants de poix, des radars dits « pédagogiques » ont été installés sur la commune en plusieurs endroits stratégiques.

Il y en a un à la sortie du village de Sainte-Céronne lorsque l’on vient de Saint-Hilaire, au lieu-dit Saint-Marcel

Les deux autres se situent à Poix, l’un avant les premières maisons en venant de Sainte-Céronne, l’autre à la sortie du hameau sur la route de Soligny.

L’affichage est de grande taille et très lisible, ces signaux sont courants ; nul ne peut donc ignorer à quelle vitesse il passe, (et c’est bien en ce sens que les radars sont appelés pédagogiques.)

Nous venons d’étudier les relevés d’enregistrements effectués depuis leur installation et il est alarmant de noter la très faible proportion d’usagers de la route respectant la limitation de vitesse-que ce soit dans un sens ou dans l’autre- au passage des trois radars.

Pour bien comprendre ce dont on parle, lorsqu’on lit les relevés on note les mentions « entrant » ou « sortant ». C’est par rapport au cadran du radar qui indique la vitesse : lorsque la voiture le voit de face elle est dite « entrante » et inversement.

Pour les véhicules dits « entrants » au niveau de Saint-Marcel,

• 30 % seulement sont en dessous de 46 km/h,

• 50 % en dessous de 54 Km /h

• 15 % au-dessus de 87 km/h

Pour ce qui concerne les véhicules dits « sortants » à Saint -Marcel,

C’est-à-dire ceux qui viennent de traverser Sainte-Céronne,

• 30% sont en -dessous de 53 km/h

• 50 % sont au-delà de 60 km/h

• 15 % sont au-delà de 72 km/h

Au niveau des radars de Poix,

• 22% s respectent les 50kmh

• 27% sont en-dessous de 60 km/h

• 30,95% sont en-dessous de 70 km/h

• 19,21% sont au-dessus de 71 km

Le non-respect des vitesses est plus marqué du côté de l’entrée de Poix en venant de Ste Céronne.

On constate aussi que quelle que soit la vitesse du véhicule, il a tendance à accélérer avant d’atteindre la sortie du village.

Sur l’ensemble des relevés des trois radars pour la période, à peine 40 % des véhicules respectent la limitation ou sont en-dessous.

Et dans les 60 % de véhicules qui sont en infraction, 30 % dépassent « raisonnablement » (pour autant que ce terme soit acceptable) 20 % dépassent largement et 10 % sont en très grand excès de vitesse puisqu’on a relevé des passages à 120 km/h (à Poix 14h00 en décembre 2018) à l’entrée et 132 km/h en sortie de village !

Nous souhaitons que la lecture de ce compte-rendu tristement éloquent fasse réfléchir les automobilistes que nous sommes et aide les contrevenants à lever le pied. Si les statistiques devaient ne pas s’améliorer, de pédagogiques, nous passerions à des mesures répressives, voire à l’installation de chicanes. N’oublions pas qu’à Poix il y a l’arrêt de bus scolaire.

Le respect de la vie d’autrui est l’affaire de tous !

Rédaction : Brigitte De LABARRE,

Relevés radars : Thomas BOURY,

avec l’équipe municipale.